Polyglossie

Calligraphie chinoise et japonaise - Humeurs d'un polyglotte

dimanche, juin 18, 2006

Stop !


止まれ!STOP ! Internet est un endroit effrayant. Ce n'est pas de sa faute, c'est juste que n'importe qui y fait n'importe quoi. Je surfais innocemment, un peu comme souvent quand je suis par mots-clefs ma curiosité du jour. Un simple shodo dans une case blanche, un clic et PAF! Tétanisé d'effroi, je n'ose y croire. Tous les vices qui comportent de la vanité, de la prétention et de la mauvaise foi ont désormais une adresse url. Attention, âmes sensibles, ne cliquez pas.
http://www.brandon-san.com/art.php

Ce ridicule personnage a l'incroyable toupet de demander de l'argent pour des horreurs pareilles ! Je m'interdis strictement toute moquerie envers l'honnète et laborieux passionné qui pratique la calligraphie comme un exercice de l'esprit et du corps, mais quand l'amateurisme se mèle à l'arrogance et la cupidité des ignorants, il est du devoir de chacun de remettre le coupable à sa place. En l'occurrence un certain Brandon, sis au Texas, et qui visiblement éprouve une fierté sans borne pour son travail. Qu'il pratique un art martial, aucun mal, mais il avoue sans détours avoir fait son site essentiellement pour vendre son "art" ! Je suis attéré. La "chose" artistique en question consiste en quelques barbouillages de caractères japonais tous inspirés du monde des samouraïs tel que cet individu le fantasme. Ce pauvre garçon est la victime d'une industrie sur laquelle je ne m'étendrais pas, mais il provoque mon courroux en se faisant bourreau de la calligraphie.

Pauvres yeux que ces maleureux globules qui posent leur regard sur ces torchons. Le 居合 est carrément méconnaissable et le reste est guère mieux. Aucun sens de la composition, à tel point que les caractères sont complètement démentibulés ; aucun sens des proportions, jusqu'à tracer des éléments d'un même caractère à des échelles différentes ; aucun sens du mouvement, ce qui donne des traits déhanchés, des lignes tordues, des attaques et des arrêts cagneux, des pointes en fin de trait qui partent anarchiquement sans se lier à l'élément suivant ; aucune maitrise de base, avec des angles absents, des pointes bâclées, des pâtés d'encre à des endroits incongrus.... sans compter qu'il ne sait pas faire un point, qu'il recharge visiblement son pinceau n'importe comment en plein milieu, et qu'il ne fait pas deux attaques identiques. Et il faudrait payer pour ça ?? Non mais, c'est fini de se foutre de la gueule du monde !? D'où s'arroge-t-il le droit de massacrer des millénaires de culture ?

Cette insupportable mascarade pousse la bouffonerie jusqu'à singer le vocabulaire des honnètes amateurs : il parle de son "sensei", un Américain qui a dû passé un peu de temps dans un dôjô japonais. Et bien, il n'a pas de quoi être fier, le pseudo-sensei et son sabre en bois sans pouvoirs magiques. Il aurait dû prendre plus de soin à enseigner l'humilité à ses ouailles. Et puis nulle trace de sensei de calligraphie, ce qui ne serait pourtant pas du luxe. Ce genre de personnages, je les appelle les post-pubères, car malgré la barbe, ils vivent toujours dans les référents de leurs années infantiles adolescentes. Quand un enfant fait vivre son imaginaire et se prend pour un samouraï, c'est attendrissant, même quand il fait semblant d'écrire des signes-gribouillis pour représenter son Samouraïland fantastique, mais quand un adulte demande de l'argent pour un tel enfantillage, le ridicule rejoint le pathétique.

Que ce soit clair : être amateur, dillettante, c'est très bien, mais il ne faut pas se faire passer pour ce qu'on est pas. L'individu épinglé aujourd'hui atteind simplement des sommets dans le genre "qui pète plus haut que son cul". Par ce blog, j'affiche simplement mon honnète dillettantisme sans prétendre avoir jamais fait aucune calligraphie digne d'être présentée comme de l'art. Et ça va durer encore quelques années, car le chemin est long - et c'est très bien comme ça.

5 Comments:

At 03:05, Anonymous brandon said...

Hello, I do not know if I should be angered or flattered that you took the time to write so much about my blog. I am not a shodo or sumi-e master by any means, but I find it very enjoyable to practice and it goes well with my Muso Jikiden Eishin Ryu Iaijutsu training.

I have only had two formal sho lessons, and they were by: http://static.flickr.com/72/169071728_5ee4038eee.jpg

Here is some of his sho: http://www.brandon-san.com/sekiguchiShodo.php

Again, he is a sword instructor and I study swordsmanship. I train with him once a year when he comes to Texas from Tokyo, and I train year round at his branch dojo in Texas.

I have had many request for custom pieces, and so they ended up on my website. All the money I make off of a piece goes back into my martial arts training (bokken, dojo tuition, etc)

Your shodo is beautiful and although mine is way below yours, I still strongly feel they are both art. It does not matter if you put one stroke on a piece of paper, scribble on the street, or toss paint on a canvas, it is still all expression. If you are truly expressing yourself, it will always be art.

I hope your sho continues to improve.

 
At 04:03, Blogger ElieDeLeuze said...

Brandon, i am not expressing anything in my exercices of calligraphy, i am studying. There is nothing artistic in putting some ink on paper when you have no idea of what you are doing. I have no idea either, but i know it. Putting one's ego on a scene is exactly the opposit of calligraphy.

 
At 04:17, Anonymous Brandon said...

I respect your point of view. You may not be expressing anything while your practice your sho, but I am (even if it is not very good). To me, every stroke is very similar to a cut of a sword (and I am not a master of either). As lame as it may sound, that is how I approach shodo everytime my brush touches the paper. I am very much a newbie, and the only traditional sho I have learned is from our Japanese Sensei when he visits from Japan.

I had no intention of putting my ego on a scene. If I have somehow disrespected you, I apologize.

 
At 11:57, Blogger ElieDeLeuze said...

You may be a nice guy, and a good sword combattant, but how can you possibly pretend doing anything of worth after just a couple of calligraphy lessons? I will never critisize a person learning calligraphy, but you are selling your productions and call it art. This attitude is ridiculous, not practicing calligraphy in itself.

You are expressing a lot of things in your "calligraphies": amateurism, arrogance, lack of humility, chaos, puerility, immaturity, narcissism, ignorance...

 
At 15:44, Anonymous brandon said...

I understand, and would hate for my sho to produce those kinds of feelings in someone. (As my sho is also a reflection my swordsmanship). Thank you for letting me know and from now on, my sumi-e/shodo will not be for sale (my site is already updated). Although, if someone specifically contacts me through my website or the dojo, I will still do sho for them.

Your English is very good, I have taken three years of french when I was in high school and cannot remember any of it.

 

Enregistrer un commentaire

<< Home