Polyglossie

Calligraphie chinoise et japonaise - Humeurs d'un polyglotte

mardi, mai 16, 2006

Borgne

盲人国里,独眼称王。
Au pays des aveugles, les borgnes sont rois.

Qu'il s'agisse d'un proverbe original chinois ou d'une simple traduction du dicton occidental, le hasard a voulu que je tombe sur cette formule dans un forum. Ironie. Justement sur un forum, où on passe son temps à parler de tout et de rien, de ce que l'on connait, de ce que l'on pense connaitre, de ce que l'on prétend connaitre et de ce auquel on ne connait pas grand chose. Des groupes se forment pour échanger des idées, du moins le croit-on. Mais que fait-on, en fait, si ce n'est jouer à celui qui sait. Un peu, beaucoup, peu importe. Dès qu'on sait, on l'affiche et notre maigre savoir se mirroite dans l'écran que l'on contemple, fier d'avoir apporté sa contribution à quelque discussion. N'est-ce pas cependant vaniteux d'avoir le monde entier au bout de la souris, comme s'il n'attendait que notre petite contribution quotidienne? Ne suis-je pas le roi des borgnes en faisant exposition de mes pauvres exercices qui doivent faire rire la moitié de la Chine et les deux-tiers du Japon?

Nous jouons aux borgnes tous les jours. Je suis prof, pas prix Nobel de littérature, et pourtant, je dis à des aveugles de la grammaire et du style comment écrire et parler à longueur de journée. Malgré cela, à savoir que je ne suis qu'un borgne, je sais que je peux les guider pour faire quelques pas qu'ils ne feraient pas sans moi. Je ne suis peut-être pas complètement aveugle en calligraphie, mais je sais que je n'ai pas les deux yeux grands ouverts des Maîtres. Je ne prétends pas le contraire. Comme le jeune musicien studieux n'avait pas à rougir devant les prouesses d'un Mozart du même âge, je n'ai pas à cacher mes exercices de calligraphie sous prétexte qu'il y en a de mille fois plus beaux ailleurs. Je laisse les Mozarts accomplir leurs chefs d'oeuvre et je pense à eux en faisant mes gammes. Il y a une place pour toute chose, même pour les borgnes.

3 Comments:

At 13:49, Anonymous Kaïkan said...

Outre le fait de " montrer au monde entier ce que l'on fait via la souris", ce que nous faisons tous avouons-le, la richesse que je trouve dans le concept de blog, c'est surtout l'échange et le partage d'expérience, de tâtonnements, de recherches...
Et quand on a rêvé qu'internet nous mettait en contact avec le monde entier ( là, cette naïveté n'engage que moi) , le monde se résume très vite à quelques personnes mais à nouveau l'occasion de rencontres qui ne se seraient peut-être pas réalisées autrement...
La gestion du virtuel et du réel n'est pas toujours aisée...L'important est sans doute dans la vigilance par rappport à soi-même ( je parle aussi pour moi) et de rester les pieds sur terre tout en embrassant l'universalité qui , leurre ultime, semblait s'ouvrir...
N'empêche, je goutte vos commentaires comme autant de partages...
Bonne journée à vous ;) ;)

 
At 16:28, Anonymous Gfa said...

Le monde à portée de souris: c'est amusant.En fait, il ne s'agit bien souvent que d'une petite dizaine de personnes. Ce petit groupe, ce "noeud" de connaissance (dans les deux sens du terme)est souvent le même, puisque errant sur les mêmes forums...
On navigue sur le net avec ses voisins de rencontre.
Un grain de sable...juste un minuscule grain de sable.

 
At 14:02, Anonymous SebOmaX said...

"Mais que fait-on, en fait, si ce n'est jouer à celui qui sait?" On se prend au jeu du mirroir, le jeu fabuleux auquel nous participons chaque jour, qui nous permet de nous découvrir dans le regard de l'autre. Est-ce vanité, besoin de valoriser un orgueil sans cesse insatisfait ? A coup sûr ! Mais par cet échange renouvelé, l'Humanité avance ou recule (selon les points de vue) au gré des vagues de notre imaginaire et de nos rencontres multipliées. Ainsi va le monde, ainsi va la vie...

 

Enregistrer un commentaire

<< Home