Polyglossie

Calligraphie chinoise et japonaise - Humeurs d'un polyglotte

mercredi, janvier 24, 2007

Vigueur et santé


健 - La santé, la vigueur.
La leçon de la semaine fut l'illustration de la schizophrénie des caractères chinois. La prof nous fait la démonstration suivant sur l'étymologie de 健 et découvre une symbolique des éléments dans le caractère : L'élément 聿 serait la stylisation du dessin d'une pagode à étages, qui se trouve associée à 廴 pour signifier construire ; en ajoutant la clef 人 le monde chinois aurait associé l'idée de l'homme et de la construction pour désigner la santé, art de construire l'homme correctement et de se construire en tant qu'homme, sans séparer le physique du spirituel.

Le problème, c'est que l'étymologie nous dit autre chose : 聿 représenterait une main tenant un pinceau, associé à 廴 originellement la route, dans une combinaison phonétique 建 qui indique au locuteur chinois la prononciation seulement et signifiant, par usage, construire. Il sert à son tour de phonétique dans 健 qui est donc interprété comme "notion humaine se prononçant comme 建" - sans interprétation particulière des éléments. On voit bien à quel point les interprétations dépendent de celui à qui ont demande l'origine d'un caractère. Il faut savoir s'amuser de ces divergeances, apprendre à reconnaitre de vraies notions culturelles dans ces lectures de symboles, et faire preuve de la même souplesse que les caractères eux-mêmes.

Cette profondeur symbolique, qu'elle soit historiquement correcte ou non, dévoile à celui qui sait observer en silence le regard des Chinois et des Japonais sur le génie de leur écriture. De cette fusion artistique, et donc fort peu inquiète de mèthodologie scientifique, entre l'écriture et la peinture, la dit et le dire, le figuratif et le symbolisme, nait l'ambiguïté créatrice de la calligraphie. Les caractères ont leur propre histoire, et leur propre imagination...

4 Comments:

At 23:32, Anonymous Liu said...

Voilà effectivement un caractère empreint de vigueur ! Lorsque tu écris : "Les caractères ont leur propre histoire, et leur propre imagination...", j'ai très envie de lire "Les caractères ont leur propre histoire, et NOTRE propre imagination...". Au lieu d'y voir une main tenant un pinceau, j'y vois un violoncelliste tenant son archet, ou bien encore les ondes de la terre sur un sismomètre... Dans tous les cas, la force du mouvement y est vive, et la vigueur et la santé n'en sont ainsi que fort bien représentées. Dis-moi Elie, ce signe est-il créé avec un seul et unique pinceau ?

 
At 18:53, Blogger ElieDeLeuze said...

On ne change jamais de pinceau en cours de route :-D
Ce caractère est tracé avec un "gros" pinceau à poils de chèvre tout à fait banal. Il a cependant des poils assez longs, et on peut faire de grands contrastes d'épaisseurs et de mouvements avec.

Les caractères se lisent comme un conte, en donnant aux composants le sens que l'on connait mais en les interprétant dans leur combinaison. Quand l'imagination des caractères rencontre l'imagination du calligraphe, se dégage une intensité particulière qu'il convient de cultiver en lui donnant de la vitalité et de l'agilité. Pour faire un caractère en bonne santé, en quelque sorte...

 
At 23:29, Anonymous Liu said...

Oups, pardon pour ma naïveté...mais le trait était tellement différent... Je mesure alors d'autant plus la difficulté de la calligraphie ! Dis-moi, cette osmose entre calligraphe et caractère, est-elle plus facile à trouver avec le temps ou bien est-ce une gageure ?

 
At 19:24, Blogger ElieDeLeuze said...

Sur le chemin, l'important c'est de marcher ;-)

 

Enregistrer un commentaire

<< Home